A la rencontre de la femme chamane


La clochette de la femme chamane tinta doucement. Ses évocations la faisaient trembler, la faisaient danser. Ses yeux se fermaient, tournés vers quelque chose que nous ne pouvions voir, intérieure, intime, chaude, un lieu inatteignable pour le commun des mortels, où elle se ressourçait. Son visage se détendait, ses lèvres esquissaient un sourire pendant qu’elle invoquait Iemanja, Durga, Isis, Bodua, Epona, Aphrodite, Amazones, Mères, Aïeules, la Terre-mère, Gaïa…  Sa musique s’accélérait alors qu’elle faisait corps avec son tambourin et sa voix gagnait en puissance, en rythme, en aigus. Son corps balançait d’avant en arrière, ondulait, devenait musique, puis,  un cri guttural s’échappa de ses lèvres closes et il s’immobilisa, tendu, comme pétrifié. D’une voix rauque, elle rn voyage à la rencontre de notre animal totem.

La clochette de la femme chamane tinta doucement. Ses évocations la faisaient trembler, la faisaient danser. Ses yeus se fermaient, tournés vers quelque chose que nous ne pouvions voir, intérieure, intime, chaude, un lieu inatteignable pour le commun des mortels, où elle se ressourçait. Son visage se détendait, ses lèvres esquissaient un sourire pendant qu'elle invoquait Iemanja, Durga, Izis, Bdua, Epona, Aphrodite, Amazones, Mères, Aïeules, Gaïa.

Sa musique s'accélérait alors qu'elle faisait corps avec son tambourin et sa voix gagnait en puissance, en rythmes, en aigus. Son corps balançait d'avant en arrière,, ondulait, devenait musique, puis, un cri guttural s'échappa de ses lèvres closes et s'immobilisa, tendu, comme pétrifié.

Posts à l'affiche
Posts Récents